Comprendre les chiffres
pour mieux défendre les femmes
et les enfants victimes de violences
sexistes et sexuelles

Décompte des féminicides en France, un décès tous les deux jours

NousToutes relaye la comptabilisation et la cartographie du collectif Féminicides par compagnons ou ex des femmes cis et trans présumées victimes d’homicides par leur compagnon ou ex-compagnon (relations conjugales et non conjugales), en France métropolitaine et dans les DOM-TOM. Ses bénévoles épluchent chaque jour les articles de presse pour comptabiliser les féminicides.

Grâce à leur travail, nous pouvons collectivement porter haut le nom des victimes et leurs histoires pour que ces personnes ne soient jamais invisibilisées.

Ce décompte s’alourdit malheureusement a posteriori quand des crimes sont portés à la connaissance des bénévoles parfois plusieurs mois après les faits.

En 2020

100
femmes

sont mortes, tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint.

En 2019

153
femmes

sont mortes, tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint.

En 2018

123
femmes

sont mortes, tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint.

En 2017

143
femmes

sont mortes, tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint.

En 2016

131
femmes

sont mortes, tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint.

D’autres décomptes, avec des critères différents, sont tenus par Libération, Le Monde et le Ministère de l’Intérieur.

Gnwiwajomixltvq3bxb7vbgwym

10 chiffres clés à retenir

  • 1 femme sur 2 a déjà subi une violence sexuelle en France

    1 femme sur 2 a déjà subi une violence sexuelle en France

    Plus d’une femme sur deux en France (53%) et plus de six jeunes femmes sur dix (63%) ont déjà été victimes de harcèlement ou d’agression sexuelle au moins une fois dans leur vie.

    Sondage Le Figaro et FranceInfo (2017)

  • 1 femme sur 6 fait son entrée dans la sexualité par un rapport non consenti et désiré

    1 femme sur 6 fait son entrée dans la sexualité par un rapport non consenti et désiré

    Pour 1 femme sur 6, l’entrée dans la sexualité se fait par un rapport non consenti et désiré. Pour 36% de ces répondantes, ce rapport a eu lieu avant leurs 15 ans.

    Enquête #NousToutes Consentement dans les rapports sexuels (2020)

  • Dans 91% des cas de violences sexuelles, les femmes connaissent les agresseurs

    Dans 91% des cas de violences sexuelles, les femmes connaissent les agresseurs

    Dans 91% des cas de violences sexuelles, les femmes connaissent les agresseurs. Pour la plupart, ces hommes ne sont pas de violents psychopathes exclus de notre société qui se cachent dans des allées sombres mais bien nos partenaires, nos amis, nos frères, nos collègues ou nos mentors.

    Rapport d’enquête « Cadre de vie et sécurité », moyenne entre 2012 et 2017 (2019)

  • 213 000 femmes victimes de violences physiques ou sexuelles de la part de leur conjoint ou ex-conjoint chaque année

    213 000 femmes victimes de violences physiques ou sexuelles de la part de leur conjoint ou ex-conjoint chaque année

    En moyenne chaque année sur la période 2011-2018, 213 000 femmes âgées de 18 à 75 ans déclarent avoir été victimes de violences physiques ou sexuelles de la part d’un conjoint (concubin, pacsé, petit ami) ou d’un ex-conjoint. Parmi ces victimes, 29 % sont âgées de 18 à 29 ans.

    Rapport d’enquête « Cadre de vie et sécurité » (2019)

  • 94 000 femmes sont victimes de viol ou tentatives de viol chaque année

    94 000 femmes sont victimes de viol ou tentatives de viol chaque année

    En moyenne chaque année sur la période 2011-2018, 94 000 femmes âgées de 18 à 75 ans déclarent avoir été victimes d’un viol ou d’une tentative de viol. Parmi ces femmes victimes, 32 % sont âgées de 18 à 29 ans et dans 45 % des cas décrits l’auteur est un conjoint ou un ex-conjoint.

    Rapport d’enquête « Cadre de vie et sécurité » 2019 (2019)

  • 16% des français·e·s ont subi une maltraitance sexuelle dans leur enfance

    16% des français·e·s ont subi une maltraitance sexuelle dans leur enfance

    16% des Françaises et Français ont subi une maltraitance sexuelle dans leur enfance.  Au moins 1 adulte sur 6 vit avec la mémoire de violences sexuelles subies dans l’enfance.

    Maltraitance des enfants en France, l’Enfant Bleu (2017)

  • 28,5% de salaire en moins

    28,5% de salaire en moins

    Tous temps de travail confondus, les femmes touchent 28,5% de moins en salaire que les hommes. 1 femme sur 3 travaille à temps partiel contre 1 homme sur 10. À temps de travail égal, les femmes touchent 16,8% de moins que les hommes. Femmes et hommes n’exercent pas les mêmes emplois. les métiers et les postes majoritairement exercés par des femmes sont aussi souvent les moins bien payés. Pourtant à temps de travail et métiers équivalents : les femmes touchent 5,3 % de moins que les hommes. Une femme dépendante économiquement de son conjoint a plus de difficultés à partir en cas de violences.

    Observatoire des inégalités, données de l’INSEE (2017)

  • 80% des femmes en situation de handicap ont été victimes de violences

    80% des femmes en situation de handicap ont été victimes de violences

    Près de 80 % des femmes handicapées sont victimes de violences. Les femmes handicapées sont quatre fois plus susceptibles de subir des violences sexuelles que le reste de la population féminine.

    Parlement européen, Commission des droits de la femme et de l’égalité des genres, rapport sur la situation des femmes handicapées dans l’Union européenne, (A6-0075/2007) (29 Mars 2007)

  • 75% des agressions islamophobes visent des femmes

    75% des agressions islamophobes visent des femmes

    75% des agressions islamophobes visent des femmes. Voilées ou non, les femmes restent les principales visées par les actes islamophobes. Elles représentent 75% des agressions islamophobes dont 100% des agressions physiques les plus graves (>8 jours d’ITT).

    Rapport du Collectif Contre l’Islamophobie en France (2017)

  • 85% des personnes transgenres seraient agressées au cours de leur vie

    85% des personnes transgenres seraient agressées au cours de leur vie

    85% des personnes ‪trans‬ ont déjà subi un acte transphobe, notamment dans la rue, et cette discrimination a des conséquences sur leur vie sociale.

    Sociologie de la transphobie, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine (2015)

Les enquêtes #NousToutes

En réaction à des échanges sur les réseaux sociaux, le collectif #NousToutes peut prendre l’initiative de lancer des enquêtes sur des thèmes liés aux violences sexistes et sexuelles.

Consentement dans les rapports sexuels
#JaiPasDitOui

Quand ? 2020

Sur quel échantillon ? 108 947 personnes ont répondu, dont 96 600 femmes.

Pourquoi ? #NousToutes a lancé en février une enquête anonyme sur le consentement dans les rapports sexuels hétérosexuels. Cette enquête, disponible en ligne pendant 10 jours, a été remplie par plus de 100 000 personnes, dont 96 600 femmes âgées de 15 à 75 ans.

C’est la première enquête d’une telle ampleur menée en France sur cette question. Elle a été lancée suite à une story #NousToutes publiée sur Instagram en janvier 2020 au cours de laquelle des centaines de jeunes femmes ont posé des questions sur le consentement dans les rapports sexuels.

Qui finance ? L’enquête a été préparée et ses résultats analysés par des militantes bénévoles pour #NousToutes.

#PrendsMaPlainte

Quand ? 2021

Sur quel échantillon ? 3 500 personnes ont répondu.

Pourquoi ? Le ministère de l’Intérieur a annoncé début 2021 que “90% des femmes ayant porté plainte en 2020 pour des faits de violences conjugales étaient satisfaites de l’accueil en commissariats et gendarmeries”.

Pour rappel, un rapport du ministère de la Justice publié en 2019 sur les féminicides de 2018
montrait déjà les dysfonctionnement nombreux dans l’accueil des femmes ayant été assassinées ainsi que dans le traitement de leurs plaintes. Magali Blandin, assassinée par son conjoint en février 2021 avait porté plainte en septembre 2020. Sa plainte avait été classée.

Ce chiffre de 90% est donc en total décalage avec la réalité de terrain à laquelle les associations féministes sont confrontées ou avec les témoignages qui se multiplient sur les réseaux sociaux.

Suite à la publication du témoignage d’une internaute, début mars 2021, #NousToutes a lancé un appel à témoignages pour identifier si ce chiffre de 90% correspondait à la réalité.

Qui a financé ? L’enquête a été préparée et les ses résultats analysés par des militantes bénévoles pour #NousToutes.

Le collectif quot nous toutes quot avait organise une manifestation au trocadero a paris le 1er septembre pour denoncer le 100e feminicide de l annee 2019 photo zakaria abdelkafi afp 1576509580 1

Deux enquêtes clés en France

Les organismes publics menant des enquêtes d’envergure sont rares en France, c’est pourquoi nous citons souvent les résultats de ces deux enquêtes de référence.

Cadre de Vie et Sécurité (CVS)

Quand ? Tous les ans depuis 2007

Par qui ? L’INSEE

Sur quel échantillon ? Entre 20 000 à 25 000 ménages en France métropolitaine.

Pourquoi ? Entre autres, connaître les faits de délinquance dont les ménages et les individus ont pu être victimes dans les deux années précédant l’enquête, qu’ils aient, ou pas, donné lieu à une déclaration dans les services de police ou de gendarmerie.

Qui finance ? L’Insee, l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) et le ministère de l’intérieur.

VIRAGE

Quand ? 2015

Par qui ? L’INED

Sur quel échantillon ? 27 268 personnes, dont 15 556 femmes et 11 712 hommes.

Pourquoi ? Comprendre les contextes, les conséquences et l’ampleur des violences subies tant par les femmes et les hommes en France.

Qui a financé ? Des partenaires institutionnels, des associations d’aide aux victimes et des personnalités scientifiques.

Les violences sexistes et sexuelles ne sont pas le fruit du hasard.
Elles s’expliquent !

Femme blanche elegante tablette
2femmes blanchesurpoids marronprotese

La meilleure façon de s’informer, c’est encore de se former !